L'almanachronique du 18 janvier

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Adishatz e a lèu lou blogose !

Alors que Le Monde s'enfonce un peu plus chaque jour dans des querelles intestines propres à tordre n'importe quel duodénum périodique ou pas, d'autres publications dont le sérieux frise l'excellence, voient le jour ça et là pour le plus grand plaisir des canards qui fientent à vau-vent. Il en est un dont j'aimerais vous faire part.
Il s'agit d'un petit hebdomadaire "nouveau et gratuit", le 1° hebdo gratuit d'infos locales, c'est ce que je disais, qui se nomme judicieusement : Sept en Gers. En voilà un titre clairement formulé ! Sept en Gers ! Passons. Et que trouve-t-on dans ce deuxième numéro daté du vendredi 11 janvier au jeudi 17 janvier 2008 ? ( Tiens donc ? ) Et dire que j'ai raté le premier numéro !
Oublions volontairement la page des sports qui nous relate la "belle résistance" du club de rugby d'Auch qui s'est pris une volée face à Clermond, les perdants ne perdent jamais mais résistent ou sont trahis, pour s'arrêter en pâmoison à la page trois ! 
Ne serait-ce déjà que pour le titre, un article singulier m'a tout de suite, comme l'on dit chez les impotents de la langue fleurie, interpellé. Je vous le livre sans crier gare : "1ère réunion du Conseil Scientifique Santé et Armagnac" ! Un titre de cet acabit ne peut que susciter une curiosité bienveillante. Le 19 décembre 2007 en effet (Comment ai-je pu passer à coté ?), le Bureau National Interprofessionnel de l'Armagnac a réuni, nous enseigne l'article, pour la première fois, le Conseil Scientifique Santé et Armagnac. Car depuis dix ans, cette sympathique filière de l'Armagnac "a le souci de connaître scientifiquement les effets de la consommation modérée d'Armagnac sur la santé des consommateurs." La santé par l'alcool ! Quels fous heureux ces gersois tout de même ! Mais ne vous moquez pas car ces scientifiques en renom, spécialistes des processus et de la composition de l'Armagnac, ont déjà publié sur le rôle préventif d'une consommation, toujours modérée, de cette eau-de-vie moirée vis à vis des risques de thrombose. Le sang au contact de ce "médicament" se fluidifie. Mais attention, le BNIA bien nommé, souhaite aller plus loin dans ses recherches. " L'ambition est que ce Conseil apporte à l'Interprofession une expertise scientifique mais aussi éthique (!!!) sur la consommation modérée (Pfff!) de l'Armagnac. Autour des thèmes suivants : les effets des extraits végétaux de l'Armagnac vis à vis de la santé, les questions de sécurité alimentaire, l'analyse des comportements individuels de consommation de l'Armagnac, les aspects conviviaux et sociétaux de la dégustation." Rien que ça !
Tant que des scientifiques tels quels dénués de toute modération morale s'occuperont ainsi de notre santé par des études approfondies sur le rôle métabolique de l'Armagnac, il restera encore une lueur d'espoir !
Bravo messieurs !
Vive l'Arma qui gnaque la sanquette !
Et longue vie à Sept en Gers !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article