L'almanachronique du 18 février

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! ONU soit qui mal y pense la blogose !

Oyez Oyez autonomes blogos, indépendante blogose, Voïvodine mon amour !
Nous connaissions le beau Danuble bleu et les rives argentées de la Morava, les marguerites du bois de Kraljevo, le promontoir du Kalemegdan à Belgrade où l'acerbe ottomane de la rue Metohija mélange sans fin sa macédoine au kirsch, désormais, considérons à ce jour et avec intérêt, des noms tels que Pristina, Prizren et Pec. Le Kosovo se fait pays !
- Le causse au veau ? Hmmm ! Je m'en pourlèche les babines d'avance !
Mais non, mégère gloutonnante du Quercy, le Kosovo ! Ko-so-vo ! Du serbe kosmet, kosmot, cosmétique : propre aux soins de beauté.
Mais un peu d'histoire. Le Kosovo fut, au XIV° siècle, le centre de l'empire serbe, avec les monastères de Decani et de Gracanica et la patriarchie de Pec, où poussent des citronniers. En 1389, les Serbes y furent défaits par les Ottomans, qui s'appelaient ainsi pour ne pas paraître trop turcs ! Au cours de leur longue domination, ceux-ci favorisèrent les Albanais islamisés aux dépends des Serbes, dont une partie émigra vers la Hongrie à l'issue de la première guerre austro-turque (1689). Ce n'est qu'en 1989, que le gouvernement serbe a supprimé l'autonomie de la province, puis instauré un régime discriminatoire. Depuis, après bien des guerres et des conflits, la province a connu bien des avatars, sous le regard compatissant de l'Otan, de l'Onu et de la Kfor.
Aujourd'hui, le Kosovo, pour le plus grand plaisir du sieur Poutine, est un pays à part entière. Pour combien de temps ?
On peut se poser la question, tant cette autonomie pose de réelles questions identitaires. Jusqu'à quel point une province peut ( légitimement ?) réclamer une indépendance ?
Ne voyez-vous point poindre quelques revendications subversives d'autonomes hexagonaux qui rôdent la queue alerte et l'arme affûtée ? Hein ?
Hep vous les Corses ! Oui vous ! Hop hop hop ! Les Bretons ! Faites voir un peu vos crêpes ! C'est quoi ce plastic à l'intérieur ? Ca s'mange ! Vous vous foutez de ma gueule ?! Bon vous les Basques, on n'vous cause pas ! Déjà qu'vos piments nous irritent la rondelle, va pas falloir nous les casser les pelotes à grelots ! Occupez-vous à drainer vos gésiers ! Tous en rang ! Nom de Dieu ! Et la tête haute, mugissez en silence au doux son de la Marseillaise ! Groupons-nous et demain, l'Internationale sera le genre humain !
Ah frontière, quand tu nous tiens !
Goûtons pour terminer ce proverbe chinois : "Très loin à l'est, c'est l'ouest."

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article