L'almanachronique du 30 octobre

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Oooooh Ouiiiiii la blogoooooooooooo...

Ha Ha Ha ! Je ris ! Je ris, et pas seulement de veau ! Je vois encore tous ces bellâtres se pavaner avec d'étranges grâces, la queue alerte, la cravate nouée, proférant d'ineptes mignardises aux oreilles conquises des ingénues syncopées. Je les vois minauder tous ces fats, se contorsionner le derche, s'appliquer du gel à la mèche rebelle, se rengorger et plastronner pour la galerie. De même pour les bellâtresses. Voyez comme elles paraîssent, comme elles paonnisent. Un trait de mascara, une volée de blush, une once de rouge à lèvres, quelques froufrous guipurés, une bretelle friselante; une fine oeillade, un décolleté plongeant. Et hop ! Le tour est joué ! Les poseurs accourent et font la roue. Ils se prosternent, s'humilient jusqu'à flagorner platement la beauté chimérique qui s'évente au temps qui passe. Ha Ha Ha ! Je ris !! Je ris mes migons ! Je pouffe mes grisettes ! Et l'hypothalamus ?!? Hein ? Et l'hypothalamus !!!! ça vous dit quelque chose l'hypothalamus !?! Ha Ha béotiens ! Ignares ! Profanes ! Vous autres, les aguicheuses, les petits coqs, qui trop accordent du crédit à tous ces mirages, ces faux-semblants de l'amour et du désir; sachez que le bien nommé hypothalamus, lui seul, peut décider de votre concupiscence saugrenue, bien souvent larvée par trop d'inhibition sociétale. Hé oui ! Le vrai maître du désir se nomme l'hypothalamus ! Outre le rôle capital qu'il joue dans les équilibres vitaux, véritable centre de contrôle de nos émotions primordiales, l'hypothalamus, un miniscule amas de cellules nerveuses, pas plus gros qu'un croupion, est un libérateur puissant de dopamine. Hum Miam Miam ! C'est bon ça la dopamine ! C'est c'qui active le cerveau, le booste, lui confère un respect jusqu'ici inégalé ! C'est alors que ce neurotransmetteur libère à son tour un neuropeptide, la subtile lulibérine. Celle-ci n'est autre que "la clef du désir amoureux", car elle oriente le dite dopamine vers son but sexuel ! Aaaah ! N'en jetez plus ! La jouissance abonde en tout sens ! Et cette lulibérine sait y faire la salop...la bougresse ! A peine est-elle libérée par la dopamine, qu'elle stimule à son tour une superproduction de... de... de dopamine bien entendu ! Ah les put...Ah les gourgandines ! Ces deux molécules s'auto-amplifient réciproquement. On ne sait plus où donner de la tête, ni même ailleurs, et la meilleure issue de ce cercle infernal se nomme orgasme. Paf ! Orgasme ! Lâché comme ça ! Hein ? Hein que vous êtes atterré par tant de magnificence ? Ha Ha Ha ! Je ris ! Et dire que vous croyiez à ces inutiles étoiles fardées ! D'autant que, la suite est terrible, d'autant que, disais-je, la lulibérine ne se contente pas de stimuler une dopamine comme un vulgaire trader libérant de la liquidité virtuelle ! Non ! Cette allumeuse, qui rencontre comme par hasard l'hypophyse, envoie alors dans le sang plusieurs hormones stimulant les androgènes et les oestrogènes, augmentant l'adrénaline, accélérant le rythme cardiaque, donc la circulation sanguine !!!!!!! La saloooooope ! Un fameux et tonitruant cocktail explosif qui permet aussi bien la lubrification vaginale et le gonflement du clitoris de la femme que l'érection masculine, par le biais du système nerveux parasympathique !!!!!!! Alors ? ça fait peur non ? CA FAIT PEUR !!!! Tant de dérèglements psychiques, de lubricité, de lascivité, d'impudicité licencieuse, réunis dans un si petit bout de viande !!!! Un pour cent du volume total du cerveau ! Un pour cent ! Rendez-vous compte !!! L'hypothalamus ! L'HYPOTHALAMUS ! AH tremblez ! Tremblez pauvres rêveurs ! Songe-creux illuminés ! Vous n'êtes que des pantins ! Façonnés et liés, tels des esclaves, à ce croupion limbique ! Ha Ha Ha ! Je ris ! Pauvres fantoches ! Bouffonnes !
Tiens ?
- Quoi ?
Rien, je bande !
- C'est pas trop tôt !

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article