L'almanachronique du 15 novembre

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Avec le temps la blogose, va, tout sent va !

Le monde tourne et se retourne
La nuit qui vient, le jour qui va

Le vent qui passe et se prélasse
Dans les déserts des habitudes

Et le bonheur qui s'émascule
Au gré des présents numéraires

La vie fera ce qu'elle pourra
Pour passer l'temps après sa mort

C'est comme ça...

Le fond de l'air spéculatif
Façonne les mortes saisons

Le travailleur s'en va trimer
Pour un crédit homologué

Et l'homme fuit l'ombre inutile
Des paradis inaccessibles

Une feuille tombe, un arbre meurt
Et les nuages qui passeront

C'est comme ça...

L'amour n'est plus cet étranger
On peut l'acheter au coin d'la rue

Tu peux voter, c'est conseillé
Ainsi soit-il et en silence

Et les enfants jouent à la mort
Pour des gonzesses configurées

Dame Nature, sans préambule,
Fait le tapin contaminé

C'est comme ça...

La vie se règle aux interdits
La censure est si lucrative

Les illusions se sont perdues
Dans les dédales incoercibles

Et l'intérêt se fait rentier
Pour profiter du temps qui lasse

Les funambules, tête baissée,
Passent leur temps sur le plancher

C'est comme ça...

Je te regarde, tu dors encore
Les yeux fermés au p'tit bonheur

Ô parfum rare du sommeil
Dans la chaleur des solitudes

Et je caresse ton petit cul
Qui pot-au-feu sous l'édredon

La vie fera ce qu'elle pourra
Pour passer l'temps après ma mort

C'est comme ça...

C'est comme ça...

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article